Virgile G.
Policier En CRS
Secteur métier Droit

Profil de Virgile

Expériences

Fort du socle initial de formation et d’une année de pratique
Titulaire d’une licence de droit public et d’un master 2 intitulé « Sécurité Publique » obtenu en 2015, je réussis la même année le concours d’officier de police. Incorporé au sein de la 21e promotion d’officier de police je choisis, à l’issue de la scolarité passée à Cannes-Écluse, le poste que j’occupe actuellement depuis juillet 2017 : Officier chef de demie-unité à la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) N°59 d’Ollioules.
Si différents emplois exercés avant le concours, dans le domaine notarial ou au sein de l’administration fiscale, m’ont permis de développer des capacités d’adaptation, d’écoute et de travail en équipe, le stage de spécificité CRS, suivi à l’issue de la scolarité par ceux ayant choisi cette direction, m’a offert les enseignements utiles à mes fonctions actuelles, m’apportant de précieux outils tant sur le plan administratif qu’opérationnel. A ces connaissances issues de la formation initiale, s’ajoutent celles obtenues par une année de pratique et par les exercices réalisés durant l’année avec ma compagnie. Les CRS sont également, au quotidien, une école de management. Étant ensemble avant, pendant et après la vacation en déplacement, l’officier assure une gestion des ressources humaines en permanence.

Poste actuel

Officier, chef de demie-unité
Au sein de ma compagnie de maintien de l’ordre, je suis le numéro 4 derrière le commandant (le N°1), le capitaine adjoint (le N°2) et un autre capitaine (N°3).
Mon poste consiste à assurer le commandement opérationnel d’une demie-unité, composée de deux sections d’au minimum quinze fonctionnaires chacune auxquels il faut ajouter les services de soutien (matériel, restauration, secrétariat).
S’agissant des tâches administratives, j’ai la charge de la cellule pédagogique, c’est-à-dire du pôle formation de la compagnie. Je fixe les objectifs de formation en concertation avec le Commandant de compagnie, je m’assure de leur bonne réalisation et du renseignement de l’outil statistique qui en résulte.
Cependant, la tâche la plus sensible inhérente à mon poste est le commandement opérationnel de la Section de Protection et d’Intervention de 4e génération (SPI 4G). Chaque compagnie dispose désormais de deux sections ayant cette spécificité. Force de deuxième niveau d’intervention, entre les unités de police secours (1er niveau) et les unités spécialisées telles que le RAID ou le GIGN (3e niveau), les SPI 4G ont vocation à intervenir sur toute action terroriste ou tuerie de masse, dans l’attente de l’arrivée des unités spécialisées. Dotées d’équipements de protection renforcés et formées aux techniques d’intervention ad hoc, ces sections constituent une réponse immédiate au terrorisme partout où une CRS est déployée.

Motivations

Deux mots : Commandement opérationnel
Comme chaque fonctionnaire de police, je suis animé par la volonté de protéger autrui, cette ambition d’être utile aux autres pour laquelle on est prêt à s’exposer soi-même pour le bien de tous.
Comme officier de police, j’éprouve ce désir de pouvoir prévoir, organiser, animer pour ne pas être qu’un simple exécutant mais concevoir ce que je fais.
Comme officier de police en CRS, j’entends être pleinement dans des situations de commandement opérationnel, c’est-à-dire un maximum sur le terrain, au cœur des événements, à coordonner des effectifs pour remplir la mission dévolue.

Conseils

Le service citoyen volontaire
A ceux qui préparent les concours de la police nationale, je conseille de participer au service citoyen volontaire.
Cet investissement bénévole dans une mission de service public au sein de la Police Nationale permet d’être en lien quotidien avec un service de police. Ce faisant, cette démarche permet notamment d’appréhender le fonctionnement d’un commissariat de police, de rencontrer et d’échanger avec des fonctionnaires de police.
Mais au-delà de la découverte de l’institution, cet engagement au service de nos concitoyens peut renforcer la motivation de passer un concours de la Police Nationale en faisant percevoir toute la satisfaction que l’on peut ressentir lorsque l’on se rend utile aux autres.

Réussites

De multiples satisfactions
Avec seulement une année de service actif, la réussite est davantage à construire qu’à fêter. Cependant, de nombreuses satisfactions ont ponctué cette année durant laquelle les missions se sont enchaînées à un rythme soutenu.
Du point de vue opérationnel, la mission de maintien de l’ordre que j’ai vécu à Nantes, au moment de l’évacuation de la Zone à défendre (ZAD), m’a permis d’apprécier véritablement la spécificité des CRS. Durant cette situation de maintien de l’ordre, nous agissons en unité constituée : de la plus petite entité, le binôme, à la plus grande, la compagnie entière, tout le monde concourt à obéir au commandant de la force publique.
Du point de vue relationnel, une autre satisfaction réside dans la force du collectif qui jalonne tous les moments de vie en CRS : on est ensemble avant, pendant et après la vacation. Cela contribue à cimenter une union qui transparaît quelle que soit la mission.
Du point de vue logistique, les moyens déployés pour assurer certaines relèves ont également marqué ma mémoire, notamment en Corse où les relèves se font par avion et par ferry, pour acheminer les fonctionnaires qui utilisent l’équipement, l’armement et les véhicules restés sur place.
Plutôt que de relever des réussites individuelles, la mobilité géographique, la disponibilité horaire et l’autonomie logistique que démontre ma compagnie au quotidien m’apparaissent comme des forces collectives qui font des Compagnies Républicaines de Sécurité un acteur incontournable dans le paysage actuel de la sécurité française.

Police nationale

Visiter le site