Jessica G.
Policier Scientifique

Profil de Jessica

Expériences

Du rêve des Experts Miami à la Police Scientifique en France !
Depuis le collège quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard je répondais : "Les Experts !"
Cependant, pendant ma scolarité j'ai laissé ce rêve de côté car à l'époque les postes en police scientifique étaient très limités et très prisés : clairement ça m'a découragée. J'ai donc continué mes études dans les sciences car ça me passionnait mais je n'avais pas comme objectif premier de rentrer dans la police scientifique.
J'ai passé un bac scientifique option science de la vie et de la terre spécialité physique. Le bac en poche, je me suis dirigée vers une classe préparatoire scientifique sans réelle conviction. Après 3 ans, et sans réussite du concours d'ingénieur, j'ai fait la passerelle et je me suis redirigée vers une fac de chimie et je suis directement passée en 3ème année grâce aux équivalences. Licence de chimie en poche, je suis passée en master chimie analytique. Cependant, ça ne me passionnait pas plus que ça et je ne voyais pas continuer dans ce domaine.
Un jour, j'ai décidé de me renseigner sur les concours de la fonction publique, j'étais plutôt partie dans l'optique des concours gardiens de la paix ou gendarmes, car j'ai toujours été attirée par ces métiers. Ils me fascinaient. Et là je tombe sur le livre Agent Spécialisé de la Police Technique et Scientifique (ASPTS pour les intimes). Waouh, c'est ça que je veux faire ! Allier les sciences et le domaine de la police, what else ?
J'ai acheté le livre, je me suis inscrite au concours, j'ai révisé tout en continuant mon master et à la fin de l'année, je quittais ma ville natale de Strasbourg pour aller travailler au Service Local de Police Technique du Commissariat de Police de Bar Le Duc... Pour la minute culture géographique, Bar Le Duc est le chef lieu du département de la Meuse (55), à mi-chemin entre Paris et Strasbourg. Alors oui, ça ne fait pas autant rêver que Miami, mais je travaille dans la police scientifique et ça... Ça déchire !

Poste actuel

Du petit cambriolage à la scène de crime !
Je travaille actuellement au commissariat de police de Bar Le Duc. Mes horaires sont de 8h à 12h et de 14h à 18h du lundi au vendredi. Je monte également des astreintes c'est-à-dire que je peux revenir travailler à toute heure de la nuit et les week-ends également.
Tous les matins à 8h, je participe à un briefing avec les enquêteurs : on fait un tour de table pour résumer les affaires de la veille, les plaintes et les affaires de la nuit. Et quand c'est mon tour, je résume mes interventions et les indices que j'ai récolté.
Ces briefings sont très intéressants car ils nous permettent d'être au courant de toutes les affaires de la ville même si la police scientifique n'est pas impliquée.
Ensuite le reste de la journée c'est de l'imprévu ! Tout dépend de ce qu'il va de passer à l'extérieur.
En général dans une journée, il y a au moins une signalisation et une sortie sur un cambriolage.
La signalisation consiste en la prise des empreintes, photos et ADN des personnes en garde à vue ou simplement suspectes dans une affaire. Que ce soit pour un simple vol dans un magasin ou alors pour une affaire de viol, le processus est le même. La signalisation est un pilier dans le domaine de la police scientifique car ça nous permet d'alimenter les bases de données de la police.
Une autre part importante du métier est le déplacement sur les cambriolages. Un des cambriolages marquants que j'ai couvert été chez des bijoutiers à la retraite. Le butin était important : un coffre fort contenant des bijoux en or et des lingots d'or..; Sur place, j'ai fait des photos des lieux et au moment du tour de la maison, je remarque une cannette de soda vide près de l'endroit où se trouvait le coffre fort. Je demande aux victimes si c'est à eux et ils me répondent que non. Et donc là, directement je me dis "Alléluia c'est les auteurs !" Avec un écouvillon, je fais un prélèvement biologique au niveau du goulot de la cannette de soda pour récolter de l'ADN. De retour au service, il y a de la paperasse à gérer ! Sauvegarder les photos, enregistrer l'affaire dans un registre, enregistrer les prélèvements effectués, rédiger un rapport sur notre intervention et faire un album photo avec une légende.
A 18h, je rentre chez moi avec le portable d'astreinte. Et quand il sonne, on se sait pas à quoi s'attendre ! Ça peut être pour un cambriolage, un vol de véhicule, mais aussi un suicide, un viol, un incendie etc...
Un soir j'ai été rappelée à 19h30 pour un suicide par arme à feu... C'est parti pour une longue soirée... On part sur du criminel. Sur place, j'effectue mon travail photo, la recherche d'indices, le plan de lieux. Ensuite on attend le médecin légiste. Quand il arrive il examine le corps et avec son accord j'effectue un tamponnoir sur les mains de la victime pour récolter les résidus de tirs.
Même si ce n'était pas la première tentative de la victime et qu'elle avait laissé des lettres, le médecin légiste veut examiner le corps plus précisément le soir même. Il était déjà 23h passé. Après le départ du médecin, nous avons attendu les pompes funèbres pour qu'ils transportent le corps à l'hôpital. En attendant, nous avons mis les objets sous scellé, et l'arme à feu. A minuit, nous sommes arrivés à l'hôpital pour l'examen de corps avec le médecin légiste. Durant cette partie, je suis en blouse verte à côté du médecin et je suis son assistante photo. C'est lui qui me dit quelle photo prendre et je les lui transmettrai plus tard . Après cet examen, le médecin conclut au suicide. Intervention finie. Je repasse par mon service pour déposer mes scellés et sauvegarder mes photos, je ferai mon rapport et mon album photo plus tard. Cette nuit là, je suis rentrée il était 3h du matin... Et à 8h c'est reparti pour une nouvelle journée pleine de surprises !

Motivations

Participer à la résolution de l'enquête !
Ce qui me plait dans mon métier c'est de participer à la résolution de l'enquête et l'avantage d'être dans un petit service, c'est que nous avons un lien direct avec les enquêteurs et nous pouvons suivre l'évolution de l'enquête et en savoir la finalité et même la réponse judiciaire reçue derrière!

Suite au cambriolage chez les bijoutiers, de retour au service, j'envoie mes prélèvements récoltés sur la scène au laboratoire de police scientifique, qui eux insèrent les ADN récoltés dans la base de données. Environ un mois plus tard, nous avons un retour, l'ADN a matché avec une personne ! Affaire résolue ! Ceci a été possible car cette personne était déjà connue des services de police et avait été signalisé ce qui a permis d'enregistrer son ADN dans la base de donnée ! Ça, c'est dans le meilleur des cas !
Mais il arrive que l'ADN ne soit pas dans la base de données et là il y a un certain sentiment de frustration...
Cependant il faut être patient et ne pas de décourager, certaines affaires peuvent ressortir des années plus tard, au moment où le délinquant s'est fait prendre pour une affaire similaire ou quelque chose de totalement différent.
Et quand ça arrive, on est fière de soi et on se dit que du moment qu'on fait du bon boulot, on reçoit une belle récompense un jour où l'autre.

Conseils

Pas de stress avec les maths !
Pour la majorité d'entre vous, qui dit police scientifique, dit sciences, dit bac S et maths.
Je vous rassure, je n'ai pas utilisé le théorème de Pythagore depuis bien longtemps.
Alors oui j'ai fait des études scientifiques mais ce n'est pas une condition nécessaire pour réussir dans la police scientifique !
Ne vous focalisez pas sur les sciences. Le niveau demandé pour le concours ASPTS est du niveau 3ème/seconde. Oui, il y a des maths, chimie, physique, SVT mais ce sont les bases et je dirais même que ça fait partie de la culture générale... Donc révisez une bonne fois pour toutes pour réussir le concours ! Hé oui il faut y mettre du vôtre aussi !
Une fois le concours réussi, vous partirez en formation pour apprendre le cœur du métier et c'est à ce moment que la chimie et physique vont apparaître lors des cours sur les différentes méthodes pour ressortir des empreintes sur les objets.
Lors de ma formation, j'étais avec des collègues qui n'avaient fait aucune étude scientifique et pourtant ils ont réussi leurs examens quand même !
Donc même si vous n'êtes pas un pur scientifique ce n'est pas grave ! Le plus important c'est d'être motivé à fond et passionné par ce si beau métier ! Et à partir de là, vous avez des chances de pouvoir faire partir des nôtres.

Réussites

Avoir participé à une perquisition avec le RAID
Encore un avantage d'être dans un petit service ! Je ne suis pas certaine que dans un grand service j'aurai pu participer à ce genre de mission !
C'était vraiment impressionnant et j'étais fascinée comme une enfant ! J'ai pu voir de mes propres yeux comment les agents du RAID intervenaient et je suis honorée d'avoir pu les côtoyer.
Sinon professionnellement parlant, il y avait quand même du stress. J'ai dû porter une cagoule car le suspect était considéré comme dangereux. C'était pas de la rigolade, on était pas dans un film. Ma mission lors de cette intervention a été de prendre en photo l'appartement du suspect et toutes les preuves trouvées par les enquêteurs lors de la fouille de l'appartement.

Police nationale

Visiter le site