Gauthier L.
Enquêteur En Cybercriminalité
Domaine de métiers L'investigation

Profil de Gauthier

Expériences

À la recherche d'une carrière riche et diversifiée
La Police nationale n'était pour moi ni une vocation innée, ni un choix préparé, mais l'aboutissement d'un parcours complexe suivi d'une mûre réflexion. Après un baccalauréat économique et social, je me suis orienté vers des études universitaires en droit jusqu'au master afin de bénéficier d'un choix de carrière suffisamment large pour me permettre de trouver la voie me correspondant. Je me suis toutefois vite aperçu que les métiers du secteur strictement juridique étaient trop monotones pour moi et ne pouvaient pas répondre à mes attentes.

J'ai alors longtemps recherché une profession où mettre en pratique mes compétences sans être enfermé dans un emploi statique et une carrière linéaire. A cette occasion, j'ai exploré plusieurs domaines d'activité très différents comme le journalisme, l'enseignement ou encore le commerce, à la poursuite du déclic qui me permettrait de m'installer plus durablement. Cette recherche m'a aussi amené à beaucoup voyager pour travailler dans des pays étrangers, notamment au Canada où j'ai pu acquérir un recul et une ouverture d'esprit qui ne m'ont jamais quitté.

De retour en France, mon intérêt pour la Police Nationale s'est bâtie progressivement, en associant tout d'abord le besoin de trouver une source de revenu à la volonté de retourner aux origines de ma formation initiale. Je souhaitais également m'orienter vers une carrière plus en harmonie avec mes valeurs familiales qui ont toujours été tournées vers l'humain et le social. Habitué au secteur privé, j'ai trouvé dans la fonction publique une activité qui me permettrait de dépasser le simple cadre de la recherche du profit. En explorant les différentes institutions, je me suis rendu compte que les missions proposées par la Police nationale présentent l'avantage de combiner une stabilité statutaire avec une mobilité professionnelle considérable. La somme de toutes mes expériences antérieures et la recherche d'une carrière en harmonie avec mes aspirations ont donc fini par imposer le choix de ce métier comme une évidence.

Poste actuel

Je mène des enquêtes dans le domaine de la cybercriminalité
Je suis affecté depuis 5 ans à une unité spécialisée de la Direction Centrale de la Police Judiciaire qui prend en charge les phénomènes de délinquance sur Internet. Ce service a été créé en 2000 sous l’appellation d'Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication (OCLCTIC), et depuis 2014, il est rattaché à la Sous-Direction de Lutte contre la Cybercriminalité. Notre mission est de combattre toutes les infractions liées au monde de l'informatique, notamment dans les domaines du piratage, de l'escroquerie, de la téléphonie, des cartes bancaires, ou plus largement des contenus illicites.

Au sein de cette structure, je m'occupe en particulier de la coopération avec les services de police étrangers et les organisations internationales. Sur un plan pratique, cela se traduit par la conduite d'investigations sur la base de renseignements fournis par nos partenaires étrangers via les plates-formes Interpol et Europol. Il nous arrive aussi d'échanger directement des informations avec des policiers venus d'autres pays sur des enquêtes en cours afin de progresser ensemble sur des affaires d'envergure internationale. La plupart des fonctionnaires affectés dans mon service et impliqués dans ces dossiers passent donc beaucoup de temps à parler anglais.

En parallèle de ces missions de nature opérationnelle, je participe également à l'accueil des délégations étrangères qui viennent visiter notre structure et échanger sur les bonnes pratiques en matière d'investigation, sur les technologies déployées, ou sur les stratégies mises en place. Les discussions issues de ces visites font l'objet de compte-rendus qui servent de support pour assurer aux cadres de la sous-direction et aux collègues qui partent en missions à l'étranger une visibilité globale de la coopération avec chaque pays.

La cybercriminalité étant par essence transnationale, cet angle de travail est central et me permet d'être en contact permanent avec les autres branches de ma sous-direction. En effet, mon rôle de présentation m'impose de parfaitement connaître les missions de chaque service de la sous-direction :

- Les groupes d'enquêtes : 3 groupes mènent des investigations dans les domaines respectifs de l'escroquerie sur Internet, la fraude aux moyens de paiement et le piratage informatique. Ils sont composés d'enquêteurs spécialisés qui, grâce à un haut niveau de technicité, sont sollicités par tous les services de police judiciaires régionaux pour prendre en charge les affaires les plus complexes ou les modes opératoires atypiques.

- L'assistance technique : les policiers de cette section possèdent tous la qualité d'investigateur en cybercriminalité, acquise aux termes d'une formation de plusieurs mois, et utilisent des outils matériels et logiciels de pointe. Ils ont pour mission d'aider les enquêteurs de tous les autres services de police dès lors qu'une question liée à l'informatique ou aux réseaux représente un frein dans une procédure en cours.

- La plateforme PHAROS : elle recueille les signalements des internautes relatifs aux contenus illicites qu'ils peuvent rencontrer sur le net (pédopornographie, apologie du terrorisme...). Les policiers de la plate-forme procèdent aux constatations en ligne, qualifient les faits, identifient et localisent les éventuels délinquants et saisissent les services de police ou de gendarmerie locaux.

- La documentation opérationnelle et l'analyse criminelle : il s'agit d'un observatoire qui assure une veille permanente sur les phénomènes cybercriminels et centralise l'information en provenance de tous les services de police et de gendarmerie pour débusquer d'éventuels signaux de menaces émergentes. La section effectue également des travaux d'analyse criminelle, qui consistent à construire des bases de données destinées à générer des recoupements opérationnels ou observer des tendances.

- Le bureau de la coordination stratégique : les fonctionnaires de ce bureau préparent les grandes lignes de la stratégie de lutte contre la cybercriminalité de la sous-direction, en développant notamment des actions de communication.

- Le bureau de l'Internet : il a pour vocation de gérer les contacts des fournisseurs de service Internet français et étrangers, comme Google, Facebook ou Apple afin de mettre à disposition des services de police les coordonnées et les modalités pour les requérir.

- Le bureau de la formation : il assure l'apprentissage des policiers pour la conduite d'investigations dans un environnement numérique.

- La division de l'anticipation et de l'analyse : elle a vocation à construire une réponse publique aux entreprises privées, qui sont des victimes majeurs de la cybercriminalité.

Motivations

Rencontrer des personnes de tous les horizons et de tous les pays
Le sens du contact est une qualité indispensable pour les policiers de tous les services qui sont amenés à porter assistance aux citoyens. Dans les unités d’investigation comme celle où je travaille, cette dimension se décline sous une forme différente où nous sommes amenés à interagir avec tous les acteurs liés à l’enquête. En effet, les dossiers que nous traitons impliquent des partenaires d’horizons diverses : magistrats, représentants d’administrations tierces, mais aussi sociétés privées, services de police étrangers et organisations internationales.

La cybercriminalité, qui ne connaît pas de frontières et touche autant les particuliers que les entreprises et les administrations, est spécialement concernée par ce besoin de coopérer à tous les niveaux. Dans mon quotidien, j'ai donc régulièrement l'occasion d'échanger avec des personnes extérieures à mon environnement habituel, et m’adapter à des milieux parfois singuliers. Cet aspect constitue une motivation importante pour moi, car il permet de sortir de "l'entre-soi" pour explorer des environnements professionnels et des méthodes de travail méconnues.

Cette découverte s'étend aux coutumes étrangères que nous devons apprendre à connaître pour affiner notre coopération avec les partenaires des services de police du monde entier. Le protocole, la nature des discussions et la forme des échanges ne se ressemblent pas d'un pays à l'autre, et on ne traite pas de la même manière avec une délégation américaine, japonaise ou sénégalaise. Profiter de cette richesse issue des différences de culture est une chance à mettre au crédit de notre métier.

Conseils

Garde un esprit ouvert sur le monde
L’ouverture d’esprit est un atout essentiel pour progresser dans notre fonction où nous sommes sans cesse amenés à évoluer dans des environnements de travail hétérogènes. La Police nationale est une vaste institution au sein de laquelle cohabitent de nombreux services qui possèdent chacun leur propre identité. C’est autant de métiers différents accessibles pour les policiers désireux d’avoir une carrière riche en expériences diversifiées.

Réussites

J'ai participé à la coordination d'enquêtes internationales
Lorsqu’on enquête par exemple sur des escroqueries sur Internet à grande échelle, il arrive fréquemment que les victimes et les délinquants soient séparés de plusieurs milliers de kilomètres ! Notre rôle est alors de mobiliser toute la chaîne d’actions qui permettra à une plainte déposée en France de trouver une issue favorable dans les cadres légaux appropriés. Cela nécessite de bien maîtriser les canaux de coopération, mais aussi de discuter avec les autorités locales qui ont une législation différente de la nôtre.

Participer à la coordination d'une enquête internationale s’apparente ainsi à la préparation d’un mariage où il faut penser à tout : identifier toutes les victimes potentielles, rassembler les services d’investigation concernés, réquisitionner les sociétés qui détiennent des renseignements, s’accorder avec les partenaires étrangers, obtenir les autorisations judiciaires adéquates… pour arriver au jour de la noce avec l’interpellation des objectifs désignés.

Il est donc très satisfaisant d'aboutir à des résultats opérationnels sur des affaires complexes, et de pouvoir apporter une réponse pénale face à des délinquants qui pensent être à l'abri derrière un ordinateur.

Police nationale

Visiter le site